Au jardin potager

La fraise

Posté | 0 commentaire

En 1700, Amédée-François FRÉZIER, officier du génie militaire et botaniste sous le règne de Louis XIV passe par le Chili et découvre ses ancêtres (des fraises sauvages à larges fruits qu’il nomme «Blanches du Chili»). Il apporte des plants au jardin Royal et à Plougastel en Bretagne. Mais déjà les Romains qui récoltaient des fraises des bois les nommaient FRAGARIAE (du verbe FRAGARE qui veut dire «sentir bon»). Ce mot latin a donné son nom en français FRAISE. La fraise est le premier petit fruit à mûrir au jardin ; elle annonce le printemps. Elle peut être précoce ou tardive. Suivant la variété, la fraise se récolte sur une quinzaine de jours ou sur près de 5 mois comme la fraise des 4 saisons. Elle peut être plus ou moins sucrée, plus ou moins rouge, allongée ou ronde. Il en existe plus de 600 variétés. Les plus connues sont : la gariguette, la mara des bois, la ciflorette, la darselect. Le plant La culture Expressions et symbolique Emplois Le fraisier fait partie de la famille des ROSACEES. C’est une plante vivace formant des touffes. Ses feuilles sont trifoliées. Le cœur de sa plante se prolonge par des tiges stolons qui s’enracinent naturellement et donnent des petits fraisiers. Ses vrais fruits s’appellent les akènes (ce sont les nombreux petits points ou grains que l’on trouve sur la fraise). Il existe 2 groupes de fraisiers : les remontants avec 2 périodes de récolte dans l’année et les non remontants. Il faut lui apporter très peu d’engrais pour encourager sa floraison et faire grossir ses fraises. Ses fleurs blanches craignent le gel (le cœur devient noir). La paille autour de son plant empêche les fraises de pourrir ou d’être mangées par les limaces. Le fraisier est un excellent voisin. Il s’entend très bien avec l’ail, le poireau, l’épinard, le haricot nain, le radis, le chou de chine, le chou-rave, l’oignon et la salade. Comme il est très sensible à la moisissure, on plantera de l’ail, des oignons ou du poireau à ses côtés ; de la bourrache pour la pollinisation. Expressions « Ramener sa fraise » (très familier) : s’occuper de ce qui ne le regarde pas « Sucer les fraises » (familier) : faire du bénéfice, être agité d’un tremblement « La fraise » était aussi une colerette (grand col blanc du XVIème et XVIIème siècle, porté plissé et empesé) « Avoir une fraise » : C’est une excroissance rougeâtre Autre sens du mot fraise fraise : chair rouge sous le bec du dindon outil rotatif de coupe pour le bois et les métaux roulette du dentiste pour les dents cariées membrane des intestins du veau et de l’agneau Symbolique Au XVème siècle, les fraisiers étaient souvent représentés en arrière plan ou sur les bordures des peintures religieuses et plusieurs significations leurs étaient attribuées : sang du Christ (fruits rouges retombant vers le sol) et Sainte Trinité (les 3 folioles de la feuille du fraisier)… La fraise est appréciée pour sa saveur, son odeur caractéristique et ses nombreuses utilisations. On la consomme : En fruits frais (salade de fruits, tarte, gâteau [le fraisier], milk-shake, …) En confiture En sirop En glace En...

En savoir plus

Le muguet

Posté | 0 commentaire

  Le muguet est le symbole du 1er mai et fleur « porte-bonheur » ! C’est une plante vivace, de la famille des LILIACEES. Son nom latin est Convallaria malais. On l’appelait autrefois « lis des vallées », « lis de mai » ou « clochette de bois ». Sa période de floraison se situe en avril / mai. Les variétés cultivées : Roséa (rose pâle) et Fortin’s (à grandes fleurs blanches). Bien que très recherchée, toute la plante est cependant toxique : ses racines, ses feuilles et ses fruits en forme de baies. La plante Particularités Usage La fleur a un parfum musqué. Il s’agit de petites clochettes blanches, gracieuses, très odorantes, regroupées au bout d’une tige rigide.es fruits en forme de baies. Deux feuilles de forme pointue se développent d’abord enroulées l’une dans l’autre en cornet, d’où s’échappe la fleur. Les racines, que l’on appelle rhizomes ou griffes, se propagent horizontalement. Les fruits, des baies écarlates, provoquent des troubles digestifs et cardiaques graves. Le muguet, à l’état sauvage, prolifère dans les coins humides ; on le trouve aussi à l’ombre des jardins. Il pousse dans les régions tempérées de l’hémisphère nord où il aime les sols riches et frais. Il est de 15 à 20 cm de haut. Ses clochettes s’ouvrent le jour et se referment la nuit pendant une durée de 3 semaines. Pour bien fleurir, il faut un temps ensoleillé. Si le sol est trop sec, il n’y aura pas de fleurs. Lorsqu’on le cultive, on doit le planter en septembre ou en mars. On utilise couramment le muguet en bouquet, en fleurs coupées associées à d’autres fleurs du printemps ou en pots décoratifs. Dans le domaine médical, il est recherché pour ses propriétés anti-spasmodiques, purgatives et diurétiques. C’est un tonicardiaque très puissant. Par son parfum musqué il trouve une place de choix en parfumerie. Histoire Légendes Sources Dans l’Antiquité, le muguet était associé au retour des beaux jours. Au Moyen-âge, il devint le messager des amoureux et le talisman des navigateurs. A la Renaissance, sous le règne de Charles IX, naquit la tradition du brin de muguet offert le 1er mai. Au 19e siècle, sa cueillette dans les bois des environs de Paris donna lieu à de joyeuses fêtes populaires. A partir de 1889, les militants ouvriers défilèrent le 1er mai et c’est en 1907 que le muguet devint le symbole de leur revendication (8 h de travail, 8 h de sommeil et 8 h de loisirs). Après la 2e guerre mondiale, cette fête deviendra jour chômé et payé : le muguet deviendra la fleur emblématique du 1er mai. En France, ce jour-là, tout le monde peut vendre du muguet ! 2 légendes autour du muguet se font concurrence : Le muguet serait né des larmes versées par Marie au pied de la Croix (c’est pour cette raison que l’on a également nommé « larmes de Notre Dame »). Ou bien il serait issu du sang de Saint-Léonard combattant un dragon ! Revue : « L’ami des Jardins » (janvier 2013 n° 1026) Revue : « Jardin convivial » Livre : « Le langage des fleurs du temps jadis » Livre : « La vie sauvage du jardin au fil des saisons » Livre : « Le petit livre des fleurs...

En savoir plus

La carotte

Posté | 0 commentaire

L’ancêtre sauvage de la carotte à racine rouge ou pourpre proviendrait d’Afghanistan, comestible, mais en fait trop amer et fibreux pour être mangé. La carotte fût longtemps considérée comme une plante aromatique avant d’être un légume. Il y a 9 à 10 000 ans, la carotte et le panais ne sont pas différenciés. Commence alors un long périple à travers les siècles qui amènera la carotte, au gré des explorations humaines, au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique, ainsi qu’en Europe. Elle se domestique et c’est au XVIème siècle que la carotte orange fait son apparition, créée par des horticulteurs hollandais (désireux de montrer leur fidélité à la Maison d’Orange, une principauté protestante de France). La carotte (Daucus carota) de la famille des Apiacées (anciennement ombellifères) est une plante bisannuelle qui peut atteindre 30 centimètres de haut. Elle est cultivée pour sa racine pivotante charnue, généralement épaisse et allongée et de couleur orangée. Les longues feuilles appelées « fanes » sont profondément divisées et couvertes de poils. Il existe plus de 500 variétés, dont certaines sont de taille (courte, demi-longue ou longue) et de forme différentes (cylindrique ou conique). La plupart des variétés présentent une couleur orange caractéristique. Mais il existe aussi des carottes fourragères blanches et des variétés anciennes de couleur rouge, violette ou jaune remis récemment au goût du jour. La culture Astuces et utilisations Vertus Expressions La culture des carottes demande un sol : riche en humus, meuble et léger, permettant un drainage naturel. dépierré pour éviter que, déviées par les cailloux, les racines ne fourchent. Les carottes aiment le soleil. À la mi-ombre, elles poussent plus lentement. Les carottes ne se repiquent pas, elles doivent être semées en place, avec un semis des plus clairsemés. Pour une bonne croissance, la carotte a des besoins plus particulièrement élevés en eau dans le mois suivant le semis, puis un arrosage généreux mais peu fréquent. L’entretien nécessite de butter légèrement, biner, éclaircir en 2 fois et désherber régulièrement. Les variétés précoces peuvent être semées sous abri dès février dans les régions à hivers modérés. Ces carottes primeurs sont cueillies jeunes entre avril et juillet. Les derniers semis effectués l’été permettront des récoltes jusqu’en hiver. Les carottes d’hiver récoltées en octobre peuvent se conserver dans un endroit frais, sec et à l’abri du gel (en cave), souvent dans du sable pendant quelques mois. Astuces Les rangs de carottes alternés avec ceux d’oignons ou de poireaux se protègent mutuellement des ravageurs : les carottes éloignent la mouche de l’oignon et du poireau, et l’oignon et le poireau celle de la carotte. Pour limiter l’éclaircissage, il est conseillé de mélanger les semences avec celles de radis. En récoltant les radis 3 ou 4 semaines après le semis, les carottes gagneront un peu d’espace. Utilisations Les carottes sont souvent consommées crues en salade râpée. Cuites, elles entrent dans la composition des potées, des soupes, des purées. Coupées en rondelles, elles accompagnent les plats en sauce. Elles peuvent être aussi consommées seules, cuites à la vapeur. On peut aussi en faire des gâteaux ou du jus. Elle est riche en antioxydants, carotène et vitamines. L’absorption d’une décoction de fanes de carottes (une poignée pour deux verres d’eau) est un remède de grand-mère pour guérir les aphtes. Elle a longtemps bénéficié d’une légendaire efficacité sur la vue humaine. La sagesse populaire lui attribue de nombreuses vertus : notamment de « rendre aimable » et de « donner les fesses roses ». Le terme de carotte est employé dans les expressions courantes suivantes : « Poil de carotte », désigne une personne ayant les cheveux roux en rapport avec le surnom d’un personnage du roman de même nom de...

En savoir plus

Le dahlia

Posté | 0 commentaire

Le dahlia provient du Mexique où il était la fleur fétiche des Aztèques qui l’accommodaient en légume. On l’aurait découvert en 1788 sur les hauts plateaux. Les Indiens l’appelaient acocotli ou chichipatli. On l’appelait « poire de terre ». Il est rapporté en Europe à la fin du 18e siècle. Il a été longtemps classé dans les légumes –racines, mais sa saveur âcre rendait son tubercule immangeable. Il aurait pu paraître comme le rival de la pomme de terre s’il avait été mangeable.   Son nom vient de Andreas DAHL, botaniste suédois. C’est une plante ornementale d’été qui agrémente parcs et jardins depuis le 19e siècle. A ce titre, le parc zoologique de Mulhouse lui réserve une place de choix en présentant des collections de dahlias.   Ses racines charnues sont en fait des tubercules, réunies autour d’un collet d’où partent de fortes tiges. Sa longue floraison, de juin à octobre, lui confère une place de choix dans les jardins. Il peut mesurer de 0,30cm à plus d’un mètre. Plantation Entretien Conservation Variétés On le plante de la mi-avril à la fin mai, dans un endroit très ensoleillé, à 10cm seulement de profondeur et de largeur, dans une terre bien travaillée, bien fumée et bien réchauffée. Comme il craint les gelées il est donc à planter lorsque tout risque est écarté. Lors de sa plantation, il faut arroser abondamment autour afin d’éviter les poches d’air et enfin le recouvrir de terre. C’est à sa plantation que l’on peut le multiplier en divisant ses souches. Il faut prévoir suffisamment d’espace autour pour le bon développement du plant. C’est une plante facile qui apprécie le soleil d’où un emplacement dans des espaces dégagés est à prévoir. Un arrosage copieux, tous les 2 ou 3 jours au pied du plant, durant toute la floraison, est indispensable. Un paillage avec les déchets de tonte de gazon peut-être envisagé. Des attentions pour son développement On pince la tige principale après la 4ème feuille et on supprime les bourgeons sur les tiges secondaires pour avoir plus de fleurs que de feuilles. On supprime régulièrement les fleurs fanées ; cela stimule l’apparition de nouveaux bourgeons floraux. Attention aux limaces et autres gastéropodes qui apprécient ses jeunes pousses ; L’apport d’engrais est à éviter à la fin de l’été. Il ne peut pas passer l’hiver en terre dans nos régions. En octobre, il faut déterrer les tubercules avec une bêche, éliminer les parties qui semblent pourries ou abîmées lors de leur sortie de terre, rabattre les tiges à 10/15cm et les laisser sécher quelques jours à l’air libre. Il ne faut pas oublier d’étiqueter les variétés. Les tubercules sont conservés dans un endroit sec, à l’obscurité, où la température est comprise entre 2 et 10°. Ses utilisations S’il permet de faire de beaux bouquets bien fournis, il a une autre particularité : il permet de teindre … Ses pétales seraient également appréciés dans des salades. Ses noms latins : DAHLIAS COCCINA et VARIABILIS Il existe environ 18000 variétés réparties en 13 familles : • Le dahlia – boule • Le dahlia – pompon (1850) • Le dahlia à fleur simple (1873) à 8 pétales appelés ligules • Le dahlia dentelle • Le dahlia – cactus (1887), aux pétales longs, enroulés sur eux-mêmes • Le dahlia – nid d’abeille (1817) • Le dahlia à fleur de pivoine • Le dahlia à fleur d’orchidée • Le dahlia à fleur de nénuphar • Le dahlia à fleur de camélia • Le dahlia « porcelaine » • Le dahlia à collerette (fleur simple) • Le dahlia nain et même lilliputien Il présente une...

En savoir plus

La rhubarbe

Posté | 0 commentaire

La rhubarbe est une plante vivace haute de 1,50m avec de grandes feuilles et des pétioles (= tiges) cannelés. Il existe plusieurs variétés : verte, acide ; rouge, douce. Ses feuilles sont toxiques et ses grandes fleurs blanches sont à couper dès leur apparition car elles épuisent la plante. Ses ennemis sont les limaces et les escargots qui dévorent feuilles et pétioles. La rhubarbe viendrait de Chine, du Tibet, de Mongolie, de Sibérie ou d’Ukraine (selon les différentes sources) … il y a 2000 ans ! Elle fut surnommée « racine barbare  de la Volga» (RHEUM RHABARBARUM) en allusion à sa provenance lointaine. Elle appartient à la famille des Polygonacées. Connue comme plante médicinale en Chine, elle fut introduite en Europe par Marco Polo Elle ne fut cultivée et consommée comme une plante potagère qu’à partir du 18e siècle. Plantation Récolte Variétés La rhubarbe se plante au potager, seule dans un coin, mais aussi dans un jardin d’ornement. Elle se plaît dans un endroit ensoleillé comme dans un endroit légèrement ombragé, dans un sol perméable, meuble, riche en humus. 2 périodes de plantations possibles : mars/avril et septembre/octobre. Pour la plantation : étaler une couche de compost bien mûr dans le fond du trou. Si on la plante au printemps – à racines nues – il faut écarter les racines et les praliner (càd lui apporter de l’engrais organique). La multiplication se fait par division des touffes. La rhubarbe se récolte à partir du mois d’avril. Elle pousse en 10/15 jours. Au printemps : les tiges sont tendres, en fin de saison elles sont plus acides et filandreuses. Il faut éviter de la cueillir la 1ère année de plantation. Il ne faut pas couper les tiges au couteau car il existe un risque de pourriture ; mais il faut les détacher à la main à partir de la base. Une fois coupée, elle ne se conserve que quelques jours, elle devient rapidement molle. Elle se congèle très bien, coupée en petits tronçons. « Valentine» aux pétioles rouges résistantes à la chaleur « Canada Red » « Queen Victoria », aux pétioles verts, longs et gros « Sutton », lente à monter en graines « Early Rasperry », hâtive « Michell’s Royal Albert », hâtive « Tobolsk », rouge et hâtive La rhubarbe est surtout cultivée en Alsace, Vosges, Picardie, Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. Utilisations culinaires Autres emplois A lire En confitures associée à la cannelle ou à la fraise En tartes, gâteaux En compotes (pure ou avec d’autres fruits comme les poires et les pommes) En glaces, mousses, coulis En légume pour son goût acidulé (surtout en Angleterre, Pologne) En vin, pétillant ou liqueur La rhubarbe apporte : vitamine C, potassium, phosphore, magnésium et calcium. Elle est antianémique, laxative. C’est un anti-inflammatoire pour les muqueuses buccales. Avec les feuilles : pour garder la fraîcheur d’une gourde, l’emballer dans une feuille. Avec les rhizomes : pour teindre les tissus (elle donne de belles couleurs fauves). La rhubarbe est principale source de colorant orange des tissus tibétains et des tapis de laine tissés. Les tiges des feuilles sont parfois utilisées pour activer la fermentation de l’indigo. La rhubarbe est également un insectifuge contre les pucerons, chenilles et larves de différents insectes. Son principe actif est l’acide oxalique qui protège contre les herbivores. Autre emploi : en décoction à froid (500 grammes de feuilles pour 3 litres d’eau ; attendre 24 heures avant utilisation) ; pulvériser non dilué, à 3 reprises sur 3 jours. Pour repousser les limaces et les insectes rongeurs, répandre sur le sol des feuilles séchées passées au broyeur ou arroser le sol...

En savoir plus

Un légume, une histoire : le radis

Posté | 0 commentaire

Originaire du Proche -Orient où on le trouvait à l’état sauvage, le radis a beaucoup voyagé. Il est arrivé en Europe en passant par les pays méditerranéens. Au 18ème siècle, autour de Paris, on le cultivait sur une couche chaude de fumier et même sous châssis et ceci même durant tout l’hiver.

En savoir plus